Voulez-vous vraiment une république fédérale d’Europe?

Les divergences affleurent au grand jour au sein du couple franco-allemand moteur de l’union européenne et en pleine période de crise de la dette dans la zone euro. La divergence se fait entre une chancelière allemande défendant le leadership de son pays sur la zone euro et le président français qui défend le fédéralisme européen via les eurobonds. La ligne de fracture n’est pas si nette que cela et il ne reste plus qu’à emballer le futur traité sans froisser les alliés politiques des uns et des autres en période électorale.

Nous assistons à la mise en place d’un futur gouvernement européen.

Vers le fédéralisme européen.

Les divergences entre la France et l’Allemagne ne sont qu’à la marge de ce vers quoi nous allons, c’est-à-dire le fédéralisme européen. La France veut à tout prix l’institutionnaliser au plus vite et ce sera l’objectif du mandat de Hollande donné par Bilderberg. L’objectif des dirigeants européens mondialistes, et donc fédéralistes à la sauce US, est donc de faire un maximum de transfert de souveraineté vers une gouvernance européenne.

Une gouvernance européenne qui prendrait peu à peu les atours d’une nation européenne chère à cette oligarchie apatride et nomade comme nous l’explique très bien Christophe Barbier dans cette vidéo avec l’arrogance qui caractérise ceux qui sont dans les cercles de pouvoir envers le destin des peuples. Il n’est plus question de démocratie souveraine mais bien d’imposer le modèle fédéral voulu par le moteur franco-allemand:

On nous parle donc carrément d’une « nation européenne » comme si cela allait de source pour tout le monde. Pourtant l’histoire récente et passé montre que les états européens sont aussi différents culturellement que possible même si la religion chrétienne peut être vue comme un ciment entre ses différents états. Un ciment pas suffisant en tout cas pour croire que le français, le croate, le polonais et le suédois appartiennent au même modèle culturel.

Lire: Une nation européenne est-elle possible?

Une nation européenne n’est donc qu’une utopie, qu’une vue de l’esprit  mais elle est pourtant vivement partagée par cette élite oligarchique UMPS puisque Juppé, Cohen-Bandit ou Hollande sont de fervents fédéralistes européens côté français tout comme Joshka Fisher côté allemand par exemple, montrant ainsi que la volonté commune vers une nation européenne existe au plus haut niveau et que les divergences sont en fait dans la façon ils vont nous « l’habiller médiatiquement » pour le rendre acceptable puisqu’aucun peuple souverain n’en veut!

Voici ceux qui font cette Europe fédérale sans votre consentement!

C’est ainsi que tout est fait pour rester dans la zone euro malgré la crise évidente. En Grèce la droite comme la gauche n’envisage nullement de sortir de la zone euro ce qui serait pourtant le seule solution pour l’économie grecque. Ce que comprennent bien les peuples qui ne veulent plus voir leurs richesses servir à d’autres comme ici en Allemagne:

Autrement dit la fracture est ouverte non entre la droite et la gauche mais entre l’oligarchie mondialiste et les peuples. Qui va l’emporter? Le chaos économique qui s’abat sur la zone confirme la vision du club de Rome qui prédisait un effondrement total si l’on poursuivait sur une croissance non-maîtrisée: Lire ICI
Les think tanks, les lobbys de toute sorte mettent donc la pression sur l’élite pour que celle-ci continue à mettre en commun les outils de décision politiques sur lesquels il sera plus facile ensuite d’agir. Le libéralisme économique sera poursuivi pour faire encore plus d’Europe comme l’ont affirmé Hollande et Monti sans le dire aussi ouvertement bien sûr.

La seule solution que propose l’élite dominante est donc toujours plus d’intégration, toujours plus de transferts de souveraineté des peuples vers une structure technocratique supra-nationale, alors que l’on sait que les peuples n’en veulent pas! Il n’y a qu’à constater l’incontestable érosion électorale scrutin après scrutin pour les élections européennes! L’union ne convainc pas mais pourtant ils nous disent qu’ils en veulent encore plus il y a un problème non? Un problème réel de démocratie.

Et la prochaine étape est donc de faire du parlement européen le gouvernement de cette future nation européenne est de faire élire au suffrage direct le président de l’Europe pour faire croire aux peuples qu’ils sont en démocratie puisqu’ils auront le choix entre le candidat bleu et le candidat jaune, ou rouge, ou vert, ou etc…mais qui partagent cette même ambition. C’est ce que dit Juncker lors de la remise du prix Charelmagne 2012 au ministre allemand des finances:

Le prix Charlemagne récompensant chaque année les élites qui se seront distingués pour nous faire marcher de force vers cette utopique nation européenne. Il existe aussi pour les jeunes loups.

Il faut donc à tout prix s’opposer au fédéralisme européen qui n’est qu’une vue de l’esprit de l’élite profitable aux lobbys et aux institutions capitalistes mais nullement à la souveraineté des peuples qui est pourtant l’essence de la démocratie comme nous l’ont enseigné…les grecs. Ceux-ci seront-ils les fossoyeurs du projet fédéral via l’effondrement de la zone euro? Ce serait en tout cas un excellent signe du destin non?
Alors espérons que les peuples grecs et français voteront dans le sens de leurs souveraineté ce dimanche ce qui serait un signal fort envoyé à leur élite qui fait la sourde oreille à leurs revendications.

Retrouvez toutes les infos engagées et actualisées dans un flux: ICI

Lorsque Mélenchon le franc-maçon insulte les gauchistes!

La franc-maçonnerie se fout de la gueule des gauchistes...

Voilà je ne pouvais pas trouver plus belle vidéo pour illustrer tout le mépris qu’à cette gauche maçonnique pour le peuple. L’instrumentaliser et lui faire croire à la révolution c’est bien, mais partager avec lui que nenni!

Quand est-ce que les gauchistes vont arrêter de se faire manipuler par la franc-maçonnerie mondialiste dégénérée qui lutte pour un gouvernement mondial anti-démocratique et contre les peuples souverains? Hein? Quand!

Pas de démocratie citoyenne sans souveraineté nationale!

Le pouvoir par et pour le peuple!

Finalement lorsqu’on discute avec les uns et les autres engagés politiquement on se découvre des aspirations communes tout en restant sur des positions antagonistes violentes et brutales qui empêcheront tout rapprochement. C’est le cas de deux volontés citoyennes qui s’affrontent et qui montent dans l’opinion des français: celle du FdG qui veut instaurer une démocratie citoyenne via une constituante et celle du FN qui veut nous redonner les outils de notre souveraineté nationale. Deux positions que l’on pourrait penser opposées alors qu’elles sont complémentaires, on ne fera pas une démocratie citoyenne sans souveraineté nationale.

L’exemple de l’Islande.

Islande un pays magnifique de glace et de feu.

L’Islande a connu comme tous les pays européens la crise financière en 2008, et en 2009 avait le couteau sous la gorge par les banques anglo-hollandaises qui exigeaient le remboursement de leurs créances. Mais le peuple est descendu dans la rue pour renverser le gouvernement, pour refuser de payer les intérêts de la dette aux banques, pour mettre un gouvernement de gauche qui nationalisera les banques et pour instaurer une constituante citoyenne! Rien que ça! Et tout ça sous les gros yeux de l’Europe. L’Islande était au fond du trou aujourd’hui elle caracole en tête des pays européens à forte croissance. Elle a remboursé sa dette aux banques et a instauré la démocratie citoyenne via l’application du référendum comme le font les pays souverains dans le monde (Cf.Chavez au Venezuela autre diable pour l’oligarchie occidentale). Les citoyens ont changé la constitution, poursuivi leurs dirigeants complices en justice, arrêtés les banquiers coupables bref que du bonheur! Un véritable exemple à suivre et riche d’enseignements.

Le plus important qu’en est-il? L’Islande s’en est sorti grâce à sa souveraineté monétaire! Elle a fait exactement le contraire des préconisations européennes c’est-à-dire à laisser les banques faire faillite et dévaluer sa monnaie. Voilà donc la condition sine qua non du retour du contrôle citoyen sur la politique. Vous comprenez mieux pourquoi aucun parti hormis le FN et les souverainistes de droite ne le propose. Même JL Mélenchon, le révolutionnaire en carton, ne le propose surtout pas et n’en parle surtout pas! Demandez-lui ce qu’est la loi de 1973 et il vous dira qu’il ne sait pas…gros benêt qui prend les français pour des cons oui. Ce n’est donc pas en suivant l’Europe et en faisant croire qu’on pourra la changer qu’on arrivera à quelque chose! Aucun changement n’est possible si on accepte de se soumettre aux règles européennes dictées par le très atlantiste Barroso.

Une petite leçon d’histoire édifiante sur Barroso le chef de la toute puissante commission européenne:

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

Voilà ce que ne vous dirons jamais les gauchos. Ils ne s’en prendront jamais à l’Europe parce qu’ils se prétendent internationalistes avant tout c’est-à-dire atlantistes donc. Avant d’être français. Ils vivent en France, ils sont nés en France mais leur plus grand ennemi est la souveraineté du peuple français, surtout ne pas lui redonner les instruments de sa souveraineté nationale et les laisser entre les mains de Barroso&co…Allez comprendre quel jeu joue le FdG, l’allié de l’UMPSEE, si vous ne comprenez pas que c’est une alliance franc-maçonne qui poursuit le même but du mondialisme.

Allez lire aussi comment les altermondialistes d’Attac et la LCR vous expliquent la dette. Ils ne font aucunement référence à l’inique loi de 1973 qui est pourtant à l’origine de la dette! Hallucinant non?

Pourtant l’exemple islandais qu’ils s’empressent de mettre en avant, parce qu’il a réussi son assemblée constituante citoyenne, n’a pu réussir que grâce à sa souveraineté nationale et non pas parce qu’il était immergé dans l’UE comme nous. Vous saisissez à quel point retrouver notre souveraineté nationale est primordiale si l’on veut avoir une chance d’instaurer une VRAIE démocratie citoyenne? Ce que le FN ne propose pas lui je vous l’accorde même si elle parle de référendum d’initiative populaire. Il faudra aller plus loin c’est une certitude si on veut défendre nos intérêts d’abord! C’est là toute la difficulté du choix politique qui ne sera pas parfait car l’oligarchie politique se méfie de la souveraineté populaire via la démocratie citoyenne.

Quelle voie pour une démocratie citoyenne?

Comment faire que le peuple ait un moyen de contrôle sur le haut de la pyramide?

 

Si il faut s’en remettre aux politiques comme on l’a vu plus haut on peut attendre longtemps. Les uns et les autres tournent autour du pot mais sans jamais y mettre les mains dedans. Or la démocratie citoyenne, on le voit bien aujourd’hui, ne peut être que notre horizon pour une société humaine meilleure, gérée en concertation avec toutes et tous, appliquant l’intérêt général au dépend des intérêts particuliers, créant des solidarités indispensables et, surtout, restant maître en dernier ressort des décisions politiques engageant la société toute entière via le référendum. C’est le minimum qu’on est en droit d’attendre de 2012.

Il y a beaucoup de mouvements citoyens qui émergent sur le net ici et là mais qui au lieu de chercher des pistes communes font leur petite tambouille dans leur coin, en cherchant à récolter des adhérents, des fonds pour pouvoir présenter leurs candidats aux élections législatives. C’est déjà pas mal mais cet ordre dispersé empêche d’avoir une visibilité plus grande sur une alternative citoyenne. Pourtant tous ces mouvements ont un intérêt à être suivi et encouragé.
C’est pourquoi j’adhère à la vision d’EVA pour participer à un mouvement citoyen, et son blog est une mine de renseignements importante regroupant les mouvances diverses engagées dans la révolution citoyenne d’une façon ou d’une autre.

Mais concrètement on fait quoi? Ne pourrait-on pas envisager des assises nationales d’une révolution citoyenne qui ne soit pas polluée par les gauchistes qui refusent toute tentative de souveraineté nationale comme c’est le cas avec le mouvement des indignés? La gauche ne doit pas avoir le monopole de l’indignation citoyenne, ce n’est pas la victoire d’un camp contre l’autre qui est en jeu, c’est la victoire du peuple de France dans son entier. Et une fois que nous aurons réussi à instaurer une véritable révolution citoyenne nous pourrons alors tenter d’exporter ce modèle au monde. Voilà ce qui explique pourquoi le FN est tant diabolisé par les trotsko-gauchos internationalistes faisant ainsi le jeu de l’ordre mondial libéralo-fasciste:

Vous remarquerez que le FdG ne dérange personne et que le grand patronat et les banquiers ne le vouent pas aux gémonies tant il est inoffensif pour eux. Limiter les salaires? Au-dessus de 300 000 euros je prends tout? Ce n’est pas de la pure démagogie populiste ça? A vous de juger bien sûr.

Donc, pour conclure, je dirai que la souveraineté nationale est la base pour accéder à une démocratie citoyenne. Et ce n’est pas en le niant qu’on fera avancer les choses. Il faut avoir les moyens, comme l’Islande, d’assumer une politique, démocratique et efficace. Mais ce n’est pas l’alpha et l’omega. La souveraineté nationale doit servir à instaurer une vraie démocratie citoyenne. C’est là l’objectif ultime de ce temps. Alors cela passera-t-il par un vote aux élections de 2012? Par une abstention massive? A vous de voir. Moi en l’état des choses je me dis que le vote FN est pour l’instant la base pour une future conquête citoyenne. Je ne crois pas qu’une fois élu il instaurera une dictature fasciste. Marrant comme ça me rappelle ce que disait la droite avant l’élection de Mitterrand en 1981 et  » les chars de Moscou à Paris ». Voyez comment on essaye de vous manipuler par la peur et la propagande.

Tout comme je ne crois pas que le FN soit un parti raciste dans son ensemble. Il défend le peuple français d’abord et moi ça me va. Cela me semble même normal que dans notre pays on défende le peuple français d’abord et que l’on réfléchisse ensuite à comment accueillir au mieux les étrangers. Ce n’est pas en continuant une politique d’empilement de sans-papiers dans des ghettos de banlieue que notre société ira mieux. Bien au contraire elle ira plus mal et cela servira à ceux qui voudront continuer de soumettre le peuple français aux lois d’airain de l’ultralibéralisme débridé cher à l’empire anglo-saxon sioniste qui nous dirige.

Alors vive la France libre! Vive le CNR! Vive la révolution citoyenne!

Alain Soral vous explique clairement pourquoi le nationalisme est un outil indispensable de résistance au mondialisme ultralibéral. Pas un nationalisme agressif et belliqueux mais un nationalisme de souveraineté populaire fier et indépendant des lobbys mondialistes: