En Allemagne la théorie du complot est télévisée!

Vous voulez tout savoir sur les liens occultes unissant les politiques, les financiers, les journalistes à la Goldman Sachs, la trilatérale, ou le club de Rome? Il vous faut vous abonner à la chaîne allemande ZDF. La deuxième chaîne publique du pays (Lire).

Déjà mieux que rien…

Bien sûr vous noterez que tout cela est dévoilé dans une émission parodique présenté par un animateur jouant le rôle d’un fou car évidemment cela ne peut être abordé sérieusement sous prétexte d’affoler le populo. D’ailleurs on peut penser que c’est fait exprès et que cette émission sert plutôt à se moquer des complotistes qu’à dévoiler la vérité. Ils ont sélectionné un public de gros veaux qui ne peuvent s’empêcher de pouffer devant tant d’absurdités occultes montrées au grand jour!
Alors certes ce n’est pas encore demain qu’on aura une véritable émission d’investigation journalistique sur le côté occulte de ce monde comme il arrive parfois d’en avoir parmi les écrivains ( Lire Circus Politicus par exemple), mais c’est déjà un premier pas exposé devant les yeux du public. Espérons que quelques-uns d’entre eux comprennent que cela n’est pas anodin de savoir que la politique se joue dans des hôtels fermés au public et que tout ce qui se joue devant nous fortement relayé dans les médias n’est qu’une pièce de théâtre destinée à nous enfumer pour mieux nous enc…

Bref c’est à voir quand même car c’est pertinent et, il est vrai, assez amusant de constater comme le dit la tradition  » le monde est tout petit ».

Note: Tout ce qui est dit dans cette vidéo est véridique!

Retrouvez toutes les infos engagées dans un flux actualisé ICI

29 réflexions sur “En Allemagne la théorie du complot est télévisée!

    1. Intéressant cet article de Frédéric Lordon.
      Cependant, comment peut-on objectivement traiter du «conspirationnisme» en évoquant à peine le complot à l’origine de l’invention de ce mot et de la raison pour laquelle il a été inventé ?

      Ce terme de «conspirationnisme» n’existait tout simplement pas avant le 11 septembre 2001. Ce terme a été inventé pour discréditer les personnes qui remettaient en cause la thèse officielle concernant cet évènement.

      Le terme est né au même moment qu’est né la dénomination «LA Théorie du Complot» comme s’il n’existait qu’une seule théorie, une seule théorie bien sûr conspirationniste (c’est à dire une théorie de complot absurde), comme cela, d’un coup d’un seul en démontrant comme absurde les arguments les théorie les plus faible on discrédite l’ensemble des thèses qui dénoncent des complots institutionnels, et du même coup les personnes qui soutiennent ces thèse.

      Donc, à l’attention de Citoyen engagé, je trouve qu’il n’est pas très malin de reprendre dans le titre de votre billet une terminologie qui vise à décrédibilisé les idées que vous défendez.

      1. Je me demandais quand vous alliez m’en faire la remarque puisque moi je parle de LA théorie du complot. Pour moi il y en a qu’une toutes les autres sont fausses ou sont des leurres. Je pense aux reptiliens par exemple. Seulement cette théorie du complot est noyée dans des méandres d’explications et d’événements qui rendent difficile sa mise en lumière.
        Personnellement mon travail m’a amené à dégager très clairement une seule théorie du complot qui recoupe tout et est à l’origine de tout concernant le monde moderne. Car je pense que tout est lié et que les événements ne surviennent pas au hasard. Il n’y a donc qu’une seule théorie du complot valable et c’est celle-ci qu’il faut mettre en lumière tout en sachant que le complot est vaste, implique beaucoup de personnes dans le monde, n’est connu que par les initiés et poursuit inexorablement son petit bonhomme de chemin.

        1. Je comprend votre point de vue Citoyen engagé mais je pense qu’en réalité, en reprenant cette terminologie vous faites le jeu de ceux qui ont inventé cette terminologie dans une volonté réductrice et amalgamante.

          La théorie que vous défendez et votre théorie, ce n’est pas LA théorie ultime. Vous pouvez avoir raison sur certains points et tort sur d’autres, comme je peux me tromper sur les points avec lesquels je ne suis pas d’accord avec vous.

          Votre théorie n’est pas la mienne, et parlez de LA théorie du complot revient à considérer que vous et moi penserions de la même manière.
          Et puis, est-il correct d’appeler « complot » un projet d’une telle ampleur. Est-ce un complot si les oligarchies dirigent le monde dans le secret,en mentant, en trompant les peuples, et en les manipulant ?

          1. Ma réponse ?
            Ma réponse est contrastée.
            Tout dépend le sens que l’on donne au mot complot ou conspiration.

            Un complot est une entente secrète entre plusieurs personnes pour nuire à autrui ou à une institution.
            L’oligarchie constitue bien une entente entre plusieurs personnes, mais cette entente n’est pas secrète, du moins en général, même si les décisions prises, elles, sont secrètes. Il existe aussi de nombreuses décisions qui sont occultées mais qui n’ont rien de secrètes.

            Mais cette entente secrète ou non se fait bien dans le but de défendre les intérêts de l’oligarchie ou des oligarchies quels ques soient leurs croyance affichés ou leurs idéologies, vraies ou supposées.

            Une entente au sein d’une oligarchie ou entre oligarchies ne relèvent pas du complot au sens strict.

            Ce qui s’est passé le 11 septembre 2001, par contre est bien le résultat d’un complot. Les conspirationnistes (ceux qui défendent une théorie de complot absurde) sont ceux qui défendent la thèse officielle.

          2. Une rétrospective qui montre que les complots ont toujours existés. En général les complots sont limités en nombre de conspirateurs.

  1. Dans le processus actuel de mondialisation, lorsqu’il y a complot, c’est de manière accessoire, toujours pour manipuler les populations.
    Par exemple, un complot peut être organisé pour faire croire que les manipulateurs sont soucieux du bonheur de leurs peuples mais sont contraints de s’occuper prioritairement de situations imprévues ou imprévisibles et dangereuses.
    Autre exemple de complot : protéger les peuples par la guerre armée contre le terrorisme, en attisant éventuellement les foyers du terrorisme, alors qu’il serait si simple d’éradiquer le terrorisme en permettant aux pays pauvres de disposer du nécessaire pour vivre dignement.
    Distinguons cependant du lot des manipulateurs, certains dirigeants des pays pauvres ou en développement qui ont essayé ou qui essayent réellement de servir leurs peuples.

  2. « La vérité est ailleurs ». Au début des années 1990, la célèbre série télévisée X-Files mettait aux prises deux agents du FBI affectés au « département des affaires paranormales »avec un monde inquiétant régi par des forces occultes. Fox Mulder et Dana Scully – c’est leur nom – affrontaient au fil des épisodes un double complot : l’un gouvernemental fomenté par des élites malfaisantes, l’autre par des extraterrestres conquérants dont les élites voulaient précisément cacher l’existence. Atmosphère paranormale, thèmes ufologiques (ufologie = étude des objets volants non identifiés), cynisme et dissimulation des puissants « qui savent », décryptage accessible aux seuls initiés : la série se taillait un vrai succès en jouant sur tous les ressorts de l’imaginaire conspirationniste. Depuis, la veine a été largement exploitée, le Da Vinci Code de Dan Brown n’étant que l’exemple le plus connu. Or, si avec le mystère et le complot on peut faire de la bonne télévision et un cinéma distrayant, on ne peut faire que de la mauvaise politique. Et c’est tout le problème que pose le « conspirationnisme », cette sorte d’aliénation de la pensée qui imagine qu’à l’origine de tout événement historique, il y a la conspiration d’un groupe occulte suffisamment puissant pour tirer d’innombrables ficelles, tout en restant bien entendu hors de la vue du commun des mortels.

    1. « Et c’est tout le problème que pose le « conspirationnisme », cette sorte d’aliénation de la pensée qui imagine qu’à l’origine de tout événement historique, il y a la conspiration d’un groupe occulte suffisamment puissant pour tirer d’innombrables ficelles, tout en restant bien entendu hors de la vue du commun des mortels »

      Et si en lieu et place de l’imagination il s’agissait bien plutôt de déductions basées sur des faits réels ignorés de la masse des gens qui ne s’informent pas sérieusement ?
      Des faits réels et concrets sur les attaques sous fausse-bannière (11 septembre …). Des faits réels sur l’origine des différents conflits historiques (2nde guerre mondiale …), de Révolutions financées de l’étranger (révolution bolchévique de 1917), les liens unissant les USA et l’URSS du temps de la guerre froide (lire Anthony C. Sutton ou Pierre de Vilmarest). etc, etc …
      Tous ces faits ne sortent pas de l’imaginaire de ceux qui cherchent. Une fois ces faits connus, alors là seulement on peut discuter des diverses interprétations possibles.

      Le «commun des mortels» ne voit que ce qu’on lui donne à voir dans une information pré-digérée et formatée ; il ne voit pas ceux qui tirent les ficelles car il ne cherche pas à les voir et que les grands médias ne les montrent pas. Il ne cherche pas à savoir qui possède les grands médias dont il s’abreuve quotidiennement, il ne cherche pas à savoir qui possèdent les grandes compagnies pétrolières, pharmaceutiques, ou bancaires.
      Puisque le commun des mortel ne cherche pas à connaitre les liens qui unissent tous ces « grands patrons » par quel miracle pourrait-il bien en avoir connaissance ?

      Au final qui donc souffre «d’aliénation de la pensée», le commun des mortels qui gobe l’information qu’on lui donne ou celui qui ne s’en contente pas et qui cherche les faits occultés ?

        1. C’est à cause du fait indubitable, que le… « commun des mortels », ne voit qu’une seule conspiration ! Lorsque rien ne cuit, dans sa cocotte-minute ! Du reste ? Il s’en tape !!!

  3. L’imaginaire politique est le lieu où s’exprime l’écart qui sépare complot et théorie du complot, le premier désignant une réalité aussi ancienne que la politique elle-même, alors que la seconde est une grille interprétative n’apparaissant qu’avec la modernité politique et dont le succès est généralement proportionnel au mépris intellectuel qu’elle suscite. Mais, si les théories complotistes constituent bien « une vision magique du politique non moins qu’une philosophie sommaire de l’Histoire », reste à comprendre la signification de leur succès contemporain, ne serait-ce que pour y déchiffrer les nouvelles superstitions politiques de notre époque.

  4. Le personnage démontre qu’il est possible de traiter de choses sérieuses avec humour.
    J’ai trouvé très amusant et très approprié à la réalité sur un site, un dessin animé traitant de l’élection d’un chat par les rats.
    Coluche avait également un grand talent pour faire passer des choses sérieuses avec humour.
    Certains ont essayé, peut être d’une manière trop virulente, ce qui leur a valu de nombreux soucis.
    Contre des prédateurs puissants il vaut mieux s’inspirer du film de Zorro (ou renard) que j’aime bien.

    1. Leurs échecs? Ils ont mis Hollande à la place de DSK, ils ont fait voter le TSCG,Poutine fait partie du nouvel ordre mondial, Aubry l’amie du B’naï Brith…Ils subissent peut-être quelques retards dans leur plan mais celui-ci s’accomplit inexorablement jusqu’à maintenant non?

      1. La théorie du complot remplirait une première fonction évidente, celle de fournir un schème d’explication global et surtout intentionnel à une réalité politique jugée de plus en plus complexe du fait de sa mondialisation. En ce sens, le mythe du complot mondial répond à la mondialisation effective de la politique. Il fait écho à l’inquiétude et à l’impuissance de l’individu face à une réalité politique jugée immaîtrisable aussi bien par l’action que par la pensée. Les théories du complot auraient pour première signification de rendre intelligible la « chose publique », mais en la situant paradoxalement dans une sphère qui n’est plus celle de la publicité politique. Réciproquement, la propagation et la banalisation des interprétations conspirationnistes entraînent une réticence croissante à en parler, notamment de la part des médias classiques. Et en effet on peut trouver plusieurs bonnes raisons de ne pas le faire :

        1. charlypostale, vous êtes vous seulement demandé une seule seconde si ce que vous appelez interprétations conspirationnistes était fondé ?
          J’en doute.
          Et sans doute ne savez-vous même pas que ce terme de conspirationniste n’existe pas dans le dictionnaire (certainement sera-t-il introduit à terme mais ce n’est pas encore le cas.).

          Par contre, comme vous le dites si bien les théories de complots (et non pas LA Théorie) permettent « de fournir un schème d’explication globale » et n’importe quel esprit rationnel préfèrera une explication rationnelle à une absence d’explication.

          Les théorie du complot (car il en existe plusieurs, preuve qu’elles ne sont pas le fait d’esprits formatés à une pensée unique contrairement à ce que des gens comme vous voudraient faire croire) ne sont certes pas toutes fondées mais elles ont au moins le mérite de questionner quant à la marche réelle du monde. Ce que ne font pas les personnes qui croient bêtement les grands médias traditionnels.
          Il est pour le moins paradoxal de tenter de ridiculiser ceux qui cherchent à comprendre le fonctionnement du monde en s’informat sérieusement mais ne rien dire sur la masse des gens qui ne réféchissent pas et se contente d’écouter distraitement quelques bribes d’informations.

          1. David Pujadas est le premier à passer à la question : « Le journalisme n’est soumis à personne sauf à lui même » assure le présentateur. «Il souffre d’abord de conformisme et de mimétisme. La presse écrite regarde la télé, la télé écoute les radios, les radios lisent les journaux. Et on a le sentiment d’un bruit de fond médiatique avec les mêmes mots, un même regard, un journalisme des bons sentiments. Une bien-pensance, celle qui voudrait que le faible a toujours raison contre le fort. Une dérive mal digérée de la défense de la veuve et de l’orphelin, qui a l’apparence du courage».
            Le constat est bien posé. Alors on écarquille les yeux, on réécoute. On se réveille. Est-ce bien le présentateur du 20 heures de France 2 qui nous parle ici ? Journal dont on se rappelle les images d’une journaliste de France 2 prenant part aux opérations de secours, filmant le sauvetage d’un jeune garçon en Haïti, en partie grâce aux équipes de France 2. Laquelle, si on a bien coimpris Pujadas, a dû se faire remonter les bretelles au retour d’Haîti : n’est-elle pas tombée elle aussi dans la marmite de la bien-pensance ?
            Pujadas le rappelle, pour s’en sortir, il faut surtout « ne pas se glisser dans un moule ». Preuve que la puissance de la structure et la force des habitudes dépassent toutes les bonnes volontés. Ou que l’art du sophisme pour défendre la caste des médiacrates a de beaux jours devant lui.

  5. Je vous laisse écouter Pierre Hillard sur Radio Courtoisie qui c’est bien laché pour une fois je trouve….Malheureusement,tout ce que cela m’inspire est que si nous voulons vraiment changer de paradigme et sans se voiler la face,nous seront forcé d’en passer par les armes afin d’éliminer le cancer qui ronge ce monde,dans le cas contraire,notre esclavage sera assuré définitivement et pour longtemps….!

    http://realinfos.wordpress.com/2012/11/23/y-m-laulan-sur-radio-courtoisie-avec-pierre-hillard-et-michel-blanzat/

    1. Encore reste-t-il à définir la nature de ce cancer, à éliminer par les armes, non ? Mon médecin, n’a rien diagnostiqué. Le votre oui ? Lequel a raison ? Foutez la paix aux armes, pauvre abrutis !!! Tu y expédiera ton fils, nettoyer ce cancer !

Les commentaires sont fermés.