Vivement le retour au franc!

Vite notre souveraineté monétaire!

Voilà un slogan tout à fait archaïque, passéiste voire nationalo-fasciste n’est-il pas? Comment un français modernisé par la propagande pourrait-il encore vouloir revenir en arrière au temps de sa toute puissance alors qu’il fait dorénavant partie intégrante de l’empire? En voilà une idée qu’elle est folle! Et pourtant…

La zone euro a été construite suite à un long processus européiste commencée depuis Maastricht, pour l’Europe, et depuis 1973 pour la France. La zone euro c’est quoi? C’est pour quels intérêts? La zone euro a pour but essentiel la garantie donnée collectivement, par un ensemble d’états-nations, aux banques de pouvoir se financer à moindre coût. La BCE mise en place par la zone euro avait, je parle au passé car nous sommes proche de l’écroulement, pour objectif d’assurer la non-inflation. Non pas pour lutter contre la hausse des prix, grands naïfs que vous êtes, mais pour assurer des taux d’intérêts stables aux marchands de crédit. Ceux-ci par l’intermédiaire des taux bas pouvaient diffuser massivement le crédit aux états obligés de passer les banques pour se financer! Oui car lorsque je dis que tout a commencé en France dès 1973 vous savez que c’est la loi Pompidou-Giscard-Rothschild qui a dépouillé notre pays de notre souveraineté monétaire en nous obligeant à financer nos politiques publiques sur le marché privé et non plus auprès de notre banque centrale. Ce qui a eu comme conséquence? La hausse exponentielle des déficits et de la dette pardi! Bien vu.

Quelle a été la politique économique de la zone euro?

Aucune politique économique crédible justifiant la création d’une zone commune. Bien au contraire en garantissant la concurrence libre t non faussée elle a empêché le regroupement économique, les partenariats intra-européens, et surtout par sa volonté de garantir une stagflation elle a promu une politique de baisse des charges ultra-libérale contribuant ainsi à la stagnation des salaires (pas pour tout le monde comme vous l’avez remarqué) et à la délocalisation car elle permet de garantir des produits à prix bas sur le marché. Enfin prix bas tout est relatif bien sûr tant les prix ont augmenté très largement avec le passage à l’euro, et tant la spéculation sur les matières premières aura pesé sur les prix. Mais la différence aura été supporté par les commerçants, par les industriels et non plus par les financiers. Avant en cas de crise ou de difficulté économique on pouvait « ajuster » sa monnaie pour relancer ses exportations seulement le problème était que les capitalistes détenteur de la dette nationale par l’intermédiaire des bons du trésor voyaient leur investissement se déprécier. Donc exit l’outil monétaire pour les états cela garantit aux capitalistes une assurance de rentabilité de leur investissement sur la dette des nations. Voilà quelle fût la politique de cette Europe économique que l’on nous vend!

Et le pire est que malgré la crise qui touche la zone euro les journaleux nous vendent encore la folie qui serait le retour à une monnaie nationale, l’explosion de la hausse des prix, et aussi de la dette. Billevesées! Foutaises! Mensonges! Pourquoi croyez-vous que l’Angleterre paye des taux d’intérêts moindre que la zone euro sur les marchés alors qu’elle est pourtant plus touchée que nous par la crise? Et bien parce que ce pays est SOUVERAIN! Oui vous avez bien lu et je sais que c’est un gros mot pour les pisse-froids et les dévots des banksters. L’Angleterre a une monnaie unique et elle peut la faire varier suivant ses difficultés du moment. Elle est SOUVERAINE!
Mais le pire voyez-vous c’est que tous les pays développés du monde sont souverains! Tous! Seuls les pays de la zone euro sont contraints. Bizarre non? Lire ICI.

Comment comprendre alors qu’un retour au franc soit perçu comme une hérésie économique alors que tous les pays souverains qui nous entourent ont leur propre monnaie? La Suéde est-elle un paus plus puissant que la France? Son économie est-elle laminée par sa non-appartenance à la zone euro? Que nenni et bien au contraire! La suède, pays SOUVERAIN, prévoit une croissance de 4% alors que dans la zone euro on peine à envisager une croissance…

Prenez le temps de visionner cette conférence d’Asselineau où il vous explique clairement tout le processus politique ayant conduit à la zone euro et vous prend le contre-exemple suédois pour montrer qu’économiquement on peut très bien s’en sortir sans appartenir à la zone euro:

Alors pour résumer: La zone euro est une construction économique et monétaire pour garantir les profits des banquiers et non pas pour le développement économique de la zone puisque nous sommes la zone mondiale avec le moins de croissance! Ce qui entraîne l’explosion du chômage, de la précarité, de l’injustice sociale,…bref rien de bon pour les peuples! Alors conclusion? Vite le retour au franc pour sortir de cette zone mortifère économiquement MAIS avec la reconquête de notre souveraineté monétaire. Cela va ensemble il faut mettre fin à cette inique loi de 1973, il faut mettre fin au traité de Maastricht et du dernier en date le traité de Lisbonne qui interdit toute sortie de la zone euro. Et il faut le faire vite avant que la dictature franco-allemande parvienne à mettre en place un traité gravant dans le marbre la domination des banksters comme le souhaite Sarkozy et comme le fera Merkel si l’on donne la garantie à l’Allemagne qu’elle ne sera pas la seule caution des dettes en devenir. C’est tout l’enjeu de la crise actuelle bien sûr. Vous avez le choix entre encore plus d’Europe et d’intégration économique pour vous enlever tout espoir, ou faire exploser la zone euro et par là-même cette construction européenne mortifère pour les peuples souverains!

Vive la France! Vive le franc!

Publicités

5 réflexions sur “Vivement le retour au franc!

  1. je rêve de voir un duel Asselineau/Attali sur TF1, ça serait vraiment merveilleux et très marrant ! mais bon, il faut être lucide : ça ne se fera jamais.

  2. Asselineau, président! Une analyse magistrale basée sur des faits, des chiffres, des références historiques, pas de langue de bois avec lui.
    Avec l’intronisation de l’euro, les prix avaient doublé du jour au lendemain, disons 30% de hausse en moyenne et ce n’était pas encore la crise! Les salaires étaient bloqués avec une correction inflationniste de seulement 2% .

Les commentaires sont fermés.